La naissance du projet

Aujourd’hui, j’ai la joie d’avoir des enfants et j’ai dû équiper mon fils pour sa première lunette en 2011 à 4 ans. J’ai alors pris conscience de l’importance du pôle enfant et de ses difficultés.
Ce pôle est le plus difficile.
Trouver des lunettes parfaitement adaptées à la morphologie, pour une parfaite prise en charge optique, qui plaisent tant aux parents qu’à l’enfant… c’est délicat malgré parfois un large choix en magasin et toute notre compétence. Mais c’est essentiel quand on sait qu’à 6 ans, la maturation de l’oeil est atteinte et que les lacunes ne seront vraisemblablement pas récupérées.
En faisant quelques recherches, et déjà par simple observation, j’ai remarqué que le périmètre crânien et la forme de nez étaient deux variables fortes et très aléatoires. Savez-vous que jusqu’à vos 2 ans, le périmètre crânien augmentera de 14 cm en moyenne puis seulement de 6 cm jusqu’à 18 ans. Il est aisé de conclure qu’à l’âge de 2 ans, notre crâne a déjà presque atteint son périmètre d’adolescent a minima.
Mais notre nez !?!
Tous les enfants démarrent leur vie avec un nez peu formé dit plat qui verra sa croissance plutôt linéaire jusqu’à l’âge adulte.
Comment trouver une monture avec la bonne largeur de crâne, pour chaque nez, dans une couleur et une forme qui plaisent sans se soucier des licences qui ajoutent finalement une variable contraignante dans notre recherche ?
Les années passant, j’ai cherché une solution qui pouvait permettre à mon fils de garder ses lunettes bien centrées… Plusieurs pistes ont été explorées : scanner le visage en 3D, imprimer un “plug” en 3D… toutes ces solutions existent déjà…
J’ai imaginé puis concrétisé une autre piste… car j’ai un énorme avantage ! Une vingtaine d’années en magasin à comprendre les demandes des clients et surtout les problématiques de mon métier.
Ainsi est né mon premier projet, entièrement pensé pour être facile et qualitatif. La simplification étant l’une de mes motivations premières dans un monde procédurier et chronophage.

“CROIRE EN QUELQUE CHOSE ET
NE PAS LE VIVRE? C’EST MALHONNÊTE”

GANDHI

La méthode

L’objectif était de faciliter au maximum la solution pour l’opticien et le client.

Limiter le temps, limiter la compléxité.

Après le choix du modèle et des couleurs parmi la collection exposée; l’opticien pourra proposer d’ajuster le pont pour améliorer la hauteur de centrage des lunettes.

Si nécessaire, l’opticien pourra réaliser une empreinte du nez de son client à l’aide d’un modelage durcissant.

Le moulage sera transmis à l’atelier. Scanné et intégré, le nez du client sera reproduit dans la monture choisie. Une reproduction fidèle de la surface du nez dans la monture tout en respectant la hauteur parfaite.

Pour trouver la bonne monture, il y a l’oeil technique du professionnel et les goûts du client.

La solution de personnalisation chez l’enfant libère chacun dans son rôle et assure la satisfaction totale.